02 janvier 2006

Le gros problème de la flemme du dimanche soir..

Voilà donc ce blog créé...

"Yaplusqu'à" l'étoffer avec des réflexions intelligentes et des recettes inédites...


Et non, je ne commencerai pas en souhaitant une bonne année, histoire de ne pas faire comme tout le monde.
Mais une année riche en gourmandises...de toutes sortes!

Je ne sais pas si, comme moi, vous avez la flemme de cuisiner le dimanche soir (pourquoi spécialement le dimanche soir, et bien disons qu'on est alors autorisé ce soir là à exprimer un petit ras le bol aprés 13 repas cuisinés dans la semaine, que ce soit par devoir ou par passion).
J'ai d'abord établi la soirée "pizza du camion" ou alors plus souvent surgelée (plus économique mais nettement moins goûteuse..).
Les filles ont été enchantées, puis, au bout de quelques mois, deux sur trois ne pouvaient plus voir une pizza en peinture (au cas où un artiste aurait eu l'idée saugrenue de représenter une pizza sur une toile, une plus vraie que nature, en trompe l'oeil, bien dégoulinante de fromage fondu).

Nous avons donc gardé une pizza par mois.

Restait le problème du dimanche soir.

Ayant constaté que la boulangerie ouverte 7 jours sur 7 sur la nationale (7) réalisant une dernière fournée de baguettes à 18h (elles sont donc brûlantes quand on les achète et je ne vous raconte pas l'odeur dans la voiture, suis obligée de les planquer dans le coffre si je veux qu'il en reste à l'arrivée), j'ai institué le "goûter-dîner chocolat chaud-tartines" hebdomadaire...
Enfin, un brunch sucré du soir pour faire plus court.

Nous confectionnons un chocolat maison, avec lait entier, un chouïa de crème liquide, chocolat à cuire, soupçon de cannelle, accompagné de croissants minute (pâte feuilletée déroulée, découpée en minis triangles, fourrés ou pas de confiture ou nutella) et tartines de pain chaud et croustillant (on ne bave pas sur son clavier, c'est dur à nettoyer ensuite, surtout entre les touches) avec beurre, miel et confitures diverses et variées (au moins cinq... chez nous, c'est cerises, abricots, myrtilles, mirabelles, oranges amères, fraises, groseille, pêches, et je n'ai pas dit mon dernier mot).

Nous nous attablons vers 18h30, c'est terminé vers 19h15, débarrassé vite fait, presque pas de vaisselle et du temps de libre pour la soirée...

Qui dit mieux?

Bon, d'accord, le seul hic, c'est qu'il faut sortir vers 18h pour aller chercher le pain frais et que parfois, le dimanche soir, il fait nuit, froid, parfois même il pleut (!), on est en chaussons, on a peur du noir, il reste du pain de mie caoutchouteux dans le placard et seulement vingt cents dans le porte-monnaie, et des tas d'autres raisons plus ou moins recevables...

Ma petite dernière a mis du temps à accepter la chose, ne comprenant plus si elle était à table pour goûter ou souper et pourquoi elle n'allait plus se coucher directement aprés, mais ça commence à rentrer.
Les grandes adorent ce repas sucré...pour le moment !!
Mais c'est aussi le problème des menus qui reviennent à date fixe, ça dure quelques mois seulement.
J'ai idée que d'ici les beaux jours, faudra trouver une autre idée flemmarde pour le dimanche soir...

Cerise

8 commentaires:

Linou a dit…

Tu as aussi la quiche ou l'omelette du dimanche soir, où tu mets tout ce qui traîne dans ton frigo. Sinon, il ne reste plus qu'à te faire offrir le livre "52 tartines du dimanche soir" de Jean Luc Petitrenaud !
Bisous

Marylène sud a dit…

Ah!!! enfin tu vas pouvoir démontrer tes talents épistoliers!! Parcequ'en ce qui concernant tes talents de cuisinière et de patissière, c'est chose faite.
Pour les repas du dimanche soir, idem, nous avons eu aussi la période pizza faite maison( moins cher que le camion, meilleur que le surgelé, mais bon il fallait cuisiner), puis la période pâtes (même celles que tu fais cuire en trois minutes et qui n'ont aucun goût) Nous en sommes à la période ,je vide le frigo : soit salades, fromages, yaourts et charcuterie pour les zommes. J'oublie aussi les séances films/dvd où nous nous goinfrons de pop corn et où nous ne pouvons plus rien avaler par la suite. Voilààààà tu sais tout. Je suis super hyper contente de la création de ce blog. Longue vie!!!

Framboise a dit…

Chez nous, nous avons eu aussi le brunch sucré du soir (même principe et même appréciation) puis nous avons eu les soupes de pâtes au bouillon, ultra rapide et j'aime toujours autant une fois de temps en temps... (bon, évidemment l'idéal est d'avoir un vrai bouillon de pot au feu c'est tellement meilleur... mais puisque je ne fais pas si souvent que ça du bouillon, je mets un bouillon cube de volaille et c'est pas mal aussi...)

Bonne année au passage !
(hm j'ai mis l'URL du blog, vide pour le moment, juste pour faire plaisir à une certaine Linou ;))

Anonyme a dit…

Hello Cerise !
Ca y est, tu t'y mets aussi, au blogging ! Bravo !
Chez mes parents le dimanche soir on faisait comme chez toi, on appelait ça un goûter dinatoire, on trouvait ça super !
Hélène

Auyo a dit…

Ah ah, on comprend mieux ton absence Cerise...Tu as fait des infidélités à Marmiton pour lancer ton blog, coquine !
En tout cas, le nom est bien choisi et connaissant tes talents de cuisinière, nul doute que "ta cerise sur le gâteau" va en faire saliver plus d'un !
Bisous !
Auyo.

édith a dit…

un nouveau petit blog gourmand à savourer, bravo Cerise !
Chez mes parents, nous avions instauré le dimanche soir la soirée "chacun sa mère !" (le nom venait de moi, voir un psy pour l'éventuel décodage). Cela signifiait que chacun mangeait ce qu'il voulait, se débrouillant en fonction de ce qui se trouvait dans le frigo ou les placards, souvent des restes du déjeuner, un sandwich, du sucré, à l'heure voulue pour chacun, la formule avait un succès fou, on attendait presque le dimanche soir avec impatiente !!!
Bien sûr, c'est difficile avec des plus petits...

lyloria a dit…

Quel plaisir de te retrouver sur un blog ! Tombée dessus par hasard, j'ai déjà imprimé plein de recettes...

Pour la flemme du dimanche soir, le remède de mes parents : repas plutôt copieux le midi, et gâteau ou gateauxxx) le soir.

Dès qu'on a été assez grands pour faire des gâteaux, c'était le rituel de l'après-midi : éplucher les livres de cuisine, se mettre d'accord sur un gâteau (avec un fère et une soeur, il faut négocier dur !), le faire, et patienter jusqu'au soir pour le manger...
Oui, ça crée de nouvelles générations de gourmands...

Pistounette a dit…

J ai regardé tout ton blog .....
J ai passé un bon moment merci .
J ai noté plein de bonnes recettes
Bonne semaine , biz
Pistounette